Choc anaphylactique : définition et symptômes


Partager




Le choc anaphylactique peut être communément défini comme une allergie grave provoquant une situation de détresse chez le sujet touché. L'urgence médicale est à instaurer dès les premiers signes extérieurs. Il faut avant tout savoir qu'un choc anaphylactique ne peut se produire que chez une personne déjà naturellement sensibilisée. Un premier contact avec l'allergène, soit l'élément responsable, a déjà été effectué sans que le patient s'en soit rendu compte. Les anticorps de l'organisme, exacerbés par cette présence, vont renforcer en premier lieu les granulocytes, permettant au corps de surmonter cette première agression. L'on parle généralement de période de sensibilisation à cette étape. Un second contact entraîne cependant des conséquences plus désastreuses car les granulocytes ne peuvent plus se défendre avec autant de force que lors de la première mise en présence avec l'agent allergène. Contenant pourtant une grande partie des médiateurs vaso-actifs, ils les libéreront en se désintégrant. Ces médiateurs vaso-actifs sont les responsables à petite, moyenne ou à grande importance des manifestations d'allergies. On retrouve dans cette catégorie la sérotonine, l'histamine, ou encore les leucotriènes.


De petites démangeaisons peuvent apparaître, mais l'organisme du sujet parvient quand même à rétablir un semblant d'équilibre. En termes simples, la mise en présence de l'agent allergène et du sujet sensibilisé est déjà à éviter. Le corps ne produisant plus assez de granulocytes pour supporter une nouvelle agression. Durant une nouvelle exposition, une quantité encore plus importante de vasodilatateurs va être émise, provoquant une fragilisation du réseau vasculaire aux alentours.


En plus d'attaquer la résistance de ce réseau, les vasodilatateurs vont affaiblir une grande partie du système circulatoire du sang, entraînant non seulement la détresse des principaux organes de l'organisme mais également la formation d'oedèmes dans différentes régions de ce dernier. Ces conséquences vont s'aggraver au fur et à mesure que l'équilibre général de l'organisme n'est pas rétabli. Ayant la fonction de pomper le sang et d'encourager ainsi le fonctionnement des différents organes, le coeur est le premier élément à soigner afin que le sang soit à nouveau convenablement drainé. Vu de l'extérieur, le choc anaphylactique présente de nombreux symptômes avant-coureurs. En dehors des habituelles démangeaisons, le patient présente des oedèmes sur le visage et des boursouflures au niveau des lèvres. Il respire très difficilement et n'arrête pas d'éternuer. Plus le choc anaphylactique est grave, plus il présentera une détresse respiratoire pouvant aller jusqu'à l'étouffement. Ceci est en réalité dû à une série d'oedèmes qui se forment au niveau de la glotte, bloquant le passage de l'air.
choc anaphylactique


À cette série de signes se joignent généralement des vomissements de moins en moins espacés avec des douleurs abdominales. Le coeur est alors en grande faiblesse et des palpitations se manifestent. D'une manière générale, la tension artérielle chute dangereusement à ce moment-là et il est impératif d'administrer des soins d'urgence si l'on veut sauver le patient. Le seul traitement jusque là efficace reste l'injection d'adrénaline. L'on peut procéder à cette administration par voie intramusculaire, intraveineuse ou sous cutanée. Certains médecins préconisent les applications par voie intramusculaire afin que la tension baisse parallèlement. Pour le choc anaphylactique doublé d'un collapsus cardio- vasculaire, il est plutôt conseillé de procéder à une injection d'adrénaline par intraveineuse. La substance fera repartir le coeur et permettra par la même occasion de fluidifier la circulation sanguine. De nombreux agents allergènes sont présents dans la nature et il est important de les reconnaître pour mieux les éviter. Certains médicaments comme la morphine, les curares ou d'autres anesthésiques peuvent sensibiliser une personne. Il en est de même pour certains antalgiques et antibiotiques. Ces substances chimiques sont les plus faciles à déterminer et doivent être indiquées au médecin traitant pour éviter tout accident. D'autres cas de choc anaphylactique peuvent se présenter de par des piqûres d'insectes, comme celles des guêpes par exemple. L'alimentation est également à surveiller, avec des cas très fréquents d'allergies graves aux crustacés, au chocolat ou aux cacahuètes qui peuvent s'avérer mortelles si elles sont sous-estimées. Les méthodes de prévention modernes s'accompagnent de gestes de premier secours en cas de récidive, comme le port constant d'une seringue d'adrénaline auto-injectable. Une méthode simple à suivre lorsque les premiers signes apparaissent consiste à boire une dose de jus de citron ou d'eau sucrée afin de calmer provisoirement l'allergie.

Le Vendredi 11 Juin 2010 à 12:13
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  santé, médecine La Santé


fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Synthol : décongestionnant, antiseptique et anti-douleur...
  •  Iles Marquises en Polynésie Française
  •  Marque Verte : label de la société SEMES
  •  Scooter des mers : législation
  •  Comment préparer et servir le thé

Articles suivants :
  •  Choc septique : définition et symptômes
  •  Bain de bouche : pour une bouche saine et propre
  •  Abri de jardin : comment choisir ?
  •  Eau distillée : utilisations
  •  Comment tailler un ficus




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   allergie Allergie
   allergologie Allergologie



Le choc anaphylactique peut être communément défini comme une allergie grave provoquant une situation de détresse chez le sujet touché. L'urgence médicale est à instaurer dès les premiers signes extér...