Cancer de l’ovaire : prévenir, dépister rapidement le cancer ovarien


Partager




L'appareil génital interne féminin est composé de l'utérus, des deux trompes de Fallope et des ovaires. Ceux-ci, aux nombres de deux, ont pour fonction essentielle de produire chaque mois à partir de l'adolescence les ovules permettant la reproduction sexuée. Ils sécrètent en outre les hormones féminines : l'oestrogène et la progestérone. Leur forme est celle d'une amande hypertrophiée (quatre centimètres de longueur et deux centimètres de largeur pour un centimètre d'épaisseur). Ils se situent dans la cavité abdominale de part et d'autre de l'utérus et à proximité des trompes de Fallope.



Lors de l'ovulation on observe la libération d'un ovule par l'un des ovaires. Avant cela, l'ovule est recruté au sein d'une poche de liquide appelée follicule et y connaît une période de croissance. Lors de sa libération, l'ovule est capté par l'une des trompes (en général celle qui est la plus proche de l'ovaire qui libère l'ovule) pour être porté vers l'utérus. Le nombre d'ovules produits par chaque ovaire au cours de la vie d'une femme est limité, lorsque le stock d'ovules disponibles est épuisé la femme entre dans la période de ménopause. Il arrive cependant qu'au cours de la vie de la femme un « accident » cellulaire survienne et qu'un cancer se développe au niveau de l'ovaire. Le cancer est une maladie de la cellule. Au cours de sa vie, une cellule pourra être amenée à se multiplier (ce n'est cependant pas toujours le cas) et à mourir. Les mécanismes de division cellulaire et de mort cellulaire sont particulièrement complexes et il arrive parfois qu'ils se détraquent. On observe alors l'émergence d'une cellule « modifiée » qui se met à se diviser de façon incontrôlée et, surtout, qui ne meure plus. Le tissu cancéreux se met alors à proliférer et met à mal les tissus adjacents.


Dans le cas du cancer de l'ovaire on parle d'adénocarcinome car se développant à partir d'une glande. Avec le cancer du sein et le cancer du col de l'utérus, il s'agit de la première cause de décès par cancer gynécologique. Il concerne dans la plupart des cas les femmes âgées de plus de 45 ans et se manifeste surtout entre 60 et 70 ans. Actuellement, près de 4000 nouveaux cas de cancer de l'ovaire sont diagnostiqués chaque année en France.


Dans 90% des cas, il s'agit d'une évolution cancéreuse des cellules qui entourent l'ovaire et qui forment l'épithélium germinal de l'ovaire. On parle alors de tumeur épithéliale maligne de l'ovaire. Le plus souvent la tumeur ovarienne se forme au sein même de l'ovaire où affleure à sa surface sous la forme d'un kyste. Il existe deux types de kystes ovariens. Le kyste dit fonctionnel est celui dont l'apparition est liée au fonctionnement normal des ovaires. Sa taille évolue avec le cycle de l'ovulation et régresse après la libération de l'ovule. Lorsque le kyste ne régresse pas et se révèle persistant on parle de kyste organique. Son apparition est à relier à un développement tumoral au sein du tissu ovarien. Lorsqu'un kyste est décelé lors d'un examen gynécologique, son évolution sera particulièrement suivie. Si le doute s'installe quant à un éventuel cancer, le kyste sera retiré par exérèse. Des examens complémentaires permettront de déterminer s'il est cancéreux ou pas. Si c'est le cas, l'ovaire sera retiré le plus rapidement possible. Une grossesse restera toujours possible tant qu'il restera le second ovaire.
cancer ovaire


Le cancer de l'ovaire est un cancer grave car évoluant la plupart du temps sournoisement. Sa présence est plus généralement suspectée lors d'un examen gynécologique tel que l'échographie. Cependant, il arrive que sa présence entraîne l'apparition de douleurs unilatérales, un ressenti de pesanteur, des saignements entre les règles. La prévention du cancer de l'ovaire passe par un suivi gynécologique régulier pour les femmes étant en âge de procréer et chez celles ayant passé le stade de la ménopause. Nous pouvons, en outre, évoquer des études scientifiques récentes qui ont mises en évidence l'effet protecteur des pilules contraceptives face au cancer ovarien. Il semblerait que la réduction du nombre d'ovulation dut aux contraceptifs réduise le risque de cancer de l'ovaire. En revanche, le traitement hormonal substitutif de la ménopause semble augmenter légèrement les risques de survenue du cancer ovarien. D'autres études sont actuellement en cours pour déterminer la mise en cause réelle du traitement hormonal substitutif de la ménopause dans la survenue du cancer ovarien.

Le Mardi 04 Décembre 2007 à 10:43
Article écrit par tigrounord ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  cancer, poumon, testicule, sein, prostate, langue, col de l'utérus, chimiothérapie Les cancers et leurs traitements : les progrès de
la recherche



fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Mikhaïl Gorbatchev : un homme politique russe qui marqua l'h...
  •  Mangas : histoire des bandes dessinées japonaises
  •  Côte d'Ivoire : chaleureux pays d'Afrique de l'ouest
  •  Magasin Ikéa : tout pour l'aménagement et la décoration d'in...
  •  Norah Jones : talentueuse chanteuse américaine de jazz...

Articles suivants :
  •  Sony : entreprise japonaise de téléphonie, cinéma, informa...
  •  Station de ski Val Thorens (France) : partez pour la plus ...
  •  Tété : un chanteur qui s'attire les faveurs de la nouvelle...
  •  CRIJ ou Centre Régional Information Jeunesse : c'est quoi ...
  •  Massage ayurvédique : un massage inspiré de la médecine in...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   sante Santé
   maladie Maladie
   cancer Cancer
   sante de la femme Santé de la femme
   medecine Médecine



Le cancer de l’ovaire est la seconde cause de décès chez la femme après le cancer du sein. Chaque année, 4000 nouveaux cas de cancer ovarien sont diagnostiqués en France. Pourtant, son traitement est ...