Cancer du col de l'utérus : une maladie que l'on peut éviter !


Partager




Le cancer de l'utérus est un cancer génital féminin qui affecte le col ou le corps de l'utérus et plus précisément l'endomètre, c'est-à-dire la couche de cellules tapissant l'intérieur de la cavité utérine. Le cancer du corps correspond à 36 % des cancers génitaux de la femme avec une tendance à l'augmentation. Ce type de cancer survient essentiellement après l'âge de 40 ans, après la ménopause, et le plus souvent chez les femmes n'ayant pas eu de grossesse. Il se développe progressivement, à partir de lésions dites précancéreuses.



La plupart sont causées par différents virus de la famille des papillomavirus (HPV).. Les facteurs de risque pour le cancer du corps de l'utérus sont multiples. On peut citer, à titre d'exemples, l'hypertension artérielle, le diabète sucré, une faible fécondité, un traitement prolongé à base d'oestrogènes, l'obésité ou une ménopause tardive. Le facteur héréditaire est également a considérer. Certains facteurs sont dits favorisants comme les infections vaginales, la précocité des rapports sexuels, le changement fréquent de partenaires, le tabagisme ou l'exposition in utero au diéthylstilbestrol (DES). Les spécialistes considèrent que près de 90 % des cas pourraient être évités grâce à un dépistage régulier. Mais il n'a pas de réels symptômes du cancer du col de l'utérus. Certains signes doivent toutefois être observés attentivement : les saignements entre les règles, les ménorragies (les règles abondantes) ou des pertes sanglantes à répétition chez la femme ménopausée. Grâce au frottis, il est possible de réaliser un véritable dépistage et ainsi de prévenir voire d'éviter le cancer du col de l'utérus. Le frottis cervical est un examen simple.


Il consiste à prélever des cellules du col de l'utérus par un simple grattage indolore. Il est recommandé aux femmes de 25 à 65 ans, ayant des rapports sexuels, de pratiquer un frottis une fois par an. En cas de résultats positifs, des examens complémentaires viennent compléter le diagnostic afin de déterminer le traitement. Les touchers pelviens (toucher vaginal et toucher rectal). On examine l'état de la vessie (Cystoscopie), l'état du rectum (Rectoscopie), l'état de l'utérus et des trompes (Hystérographie) et l'état des uretères et des reins (Urographie intraveineuse).


A la suite de ce bilan, il devient possible de classer le stade de la tumeur, ce qui va guider le traitement. Quand le diagnostic est fait au début, la guérison est complète dans la presque totalité des cas. Les complications sont possibles et l'extension de la tumeur se fait localement vers le vagin, la vessie, le rectum et les uretères. Les métastases sont toujours tardives (foie, poumons). Le traitement utilise la radiothérapie (curiethérapie utérovaginale et cobaltothérapie) et la chirurgie. La chimiothérapie est utilisée dans certains cas. Contrairement au dépistage du cancer du sein, qui consiste à détecter au plus tôt les tumeurs, le dépistage du cancer du col de l'utérus permet d'éviter d'avoir le cancer. Les recherches de deux laboratoires ont abouti à la mise au point de vaccins contre le cancer du col de l'utérus. La mise sur le marché de vaccins préventifs constitue un réel espoir. Alors ces vaccins pourront-ils demain éradiquer le cancer du col de l'utérus ?
cancer col uterus



Le Jeudi 29 Novembre 2007 à 11:58
Article écrit par Frédérique ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  cancer, poumon, testicule, sein, prostate, langue, col de l'utérus, chimiothérapie Les cancers et leurs traitements : les progrès de
la recherche



fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Auguste Rodin : incontournable sculpteur français du 20è siè...
  •  Marché de Noël de Londres
  •  Istanbul : aperçu sur la plus grande ville de Turquie...
  •  France Inter : radio publique généraliste française...
  •  Accidents domestiques : les normes de sécurité pour les évit...

Articles suivants :
  •  Tunisair : compagnie aérienne tunisienne et trait d'union ...
  •  Stanley Kubrick : quand réalisation rime avec perfection !...
  •  Station de ski Val d'Isère (France) : une des plus belles ...
  •  Massage avec des pierres chaudes : relaxation, bien-être g...
  •  Mademoiselle K : biographie du groupe de rock emmené par K...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 bouya a écrit [02/12/2007 - 17h58] 
bouya

Pour les vaccins, j'ai entendu qu'ils fallait se faire vacciner à 14 ans et n'avoir eu aucune relation sexuelle auparavant. Ces vaccins seraient-ils fiables dans d'autres conditions et seraient-ils pris en charge par la sécurité sociale.
Dans le cas où il faudrait le faire à 14 ans, pourquoi ne pas le mettre dans les vaccins obligatoires. Quand on peut enreiller une maladie, autant mettre tous les moyens en place.





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   sante Santé
   maladie Maladie
   cancer Cancer
   sante de la femme Santé de la femme
   medecine Médecine



Le cancer du de l’utérus, après le cancer du sein, est un des plus fréquents cancers de la femme. Il survient chez la femme, dans les trois quarts des cas après la ménopause. Le cancer du col de l’uté...