Biogaz : source d'énergie alternative


Partager




Le biogaz est une source d'énergie alternative dont le méthane constitue la composante principale, formant jusqu'aux 4/5èmes d'un volume donné. Cette énergie renouvelable est obtenue selon un procédé désigné sous le terme « méthanisation ». Ce phénomène se produit de lui-même sur toute masse de composés organiques laissée dans un milieu où le taux d'oxygène est faible.



L'occurrence de cette fermentation spontanée, a été notée assez tôt dans l'histoire de la science et si le biogaz est un sujet proprement actuel, la compréhension du mécanisme de son obtention n'est pas aussi récente qu'on tendrait à le croire. En effet, dès le 17ème siècle, en 1630 précisément, l'on a constaté que les débris de végétaux en putréfaction au fond des marécages laissaient échapper des émanations qui réagissaient au contact d'une source incandescente. L'on comprendra un peu plus tard le mécanisme à la base de cette réaction comme le fait de bactéries spécifiques et la molécule qui est à l'origine du caractère inflammable de ces émanations sera identifiée par Alessandro Volta. Parallèlement, d'autres scientifiques s'intéressent à la fermentation des composés putrescibles et l'on enregistre même un début d'exploitation de ce procédé dans la recherche de source d'énergie vers le 19ème siècle. La compréhension de ce processus naturel s'avère évidemment essentiel pour pouvoir le reproduire artificiellement et étendre ses applications.


Ce que font les Britanniques en 1895 : ils traitent dans des cuves spéciales les déchets et utilisent les émanations recueillies par leur fermentation pour alimenter les lanternes des voies publiques. La technique d'obtention du biogaz fait son chemin et s'affine au fil des années. Dans de nombreux pays, la production de biogaz se présente actuellement non seulement comme une alternative, mais carrément comme des impératifs.


biogaz
C'est notamment le cas en France depuis que l'on a compris que non récupéré, le méthane produit par les accumulations de déchets putrescibles fait plus largement pression sur l'environnement que le gaz carbonique issu du procédé de fabrication de biogaz à partir de ces déchets. Ainsi, l'on a systématisé la récupération du gaz méthane à partir de différentes sources qui se trouvent notamment en fin des cycles d'exploitation industrielle ou d'élevage, sans oublier le principal point de récupération des matériaux à transformer que sont les décharges. L'on fabrique effectivement du biogaz en recueillant par exemple les rebuts du commerce alimentaire ou les détritus amassés lors de la récolte : tiges, feuilles, fruits et autres racines impropres à la consommation. Tout comme on peut récupérer les reliquats liquides ou semi-liquides des usines de transformation d'aliments.


Pour ce faire, nombreuses techniques sont sollicitées, celles-ci se distinguant par la température appliquée sur le site d'extraction. L'on connaît des milieux avec des conditions thermiques allant jusqu'à 65 degrés Celsius que l'on qualifie de thermophile. Il existe des procédés d'extraction que l'on réalise en milieu psychrophile où règnent des températures de 15 à 25°. Il est néanmoins plus courant de fabriquer le biogaz en procédant aux manipulations dans des milieux qualifiés de mésophile, sous des températures comprises entre 25 et 45 degrés. Quel que soient les matériaux utilisés et les conditions d'extraction appliquées pour l'obtention de cette ressource, il faut savoir qu'elle possède nombre d'applications toutes aussi bénéfiques les unes que les autres. L'application la plus aboutie du biogaz est sans doute son utilisation en remplacement des carburants classiques requis pour le fonctionnement des véhicules. Son utilisation à ce titre de gaz naturel pour véhicule est certes encore limitée, mais force est de reconnaître que cela fait une différence non négligeable. Le biogaz assure en outre une part assez consistante des énergies mobilisées pour le fonctionnement de certaines centrales thermo-électriques et dans certains pays comme l'Allemagne, l'on dénombre d'importants sites générant de l'électricité à partir du biogaz. Dans certains pays africains, l'on voit dans cette ressource une nouvelle forme d'énergie qui devrait à long terme supplanter les matériaux traditionnels, tel le bois, pour assurer les besoins domestiques. La France, pour sa part, est pleinement impliquée, via la ville de Lille. En effet, cette dernière s'engage dans le cadre du vaste projet Biogasmax qu'elle partage avec d'autres pays européens, avec l'objectif d'exploiter le meilleur du biogaz.

Le Mercredi 10 Février 2010 à 16:21
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par B
 
Articles précédents :
  •  Bookcrossing : c'est quoi ?
  •  Cataracte : définition, symptômes
  •  Eco-consommation : définition
  •  Marais Poitevin : région de France réputée pour ses panorama...
  •  Radiolaires : organismes marins

Articles suivants :
  •  Caulerpa Taxifolia : espèce végétale marine...
  •  Aston Martin : marque de voiture anglaise
  •  Willemse : spécialiste du jardin
  •  JD Salinger : biographie de l'attrappe coeurs
  •  Génomique : définition d'une science de la biologie modern...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   energie Energie



Le biogaz est une source d'énergie alternative dont le méthane constitue la composante principale, formant jusqu'aux 4/5èmes d'un volume donné. Cette énergie renouvelable est obtenue selon un procédé ...