Bataille d'Angleterre : campagne aérienne durant la Seconde Guerre mondiale


Partager




Après l'invasion allemande d'une bonne partie de l'Europe dont la France en 1940 lors de la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni, par la voix de Winston Churchill, refusa toute proposition de négociation avec Hitler. Ce dernier réitéra ses offres de paix avec l'Angleterre en juillet 1940 mais Churchill refusa une nouvelle fois. Après ce refus, Hitler décida donc d'envahir l'Angleterre mais pour mettre à bien son projet, il devait absolument neutraliser la RAF.



D'un côté, l'on trouvait le Maréchal Sir Hugh Dowding, Commandant les chasseurs ultrarapides Fighter, de l'autre, la Luftwaffe était dirigée par les Maréchaux Kesselring et Sperrle qui commandaient les deuxième et troisième flottes. Les forces étaient disproportionnées : l'Angleterre possédait 850 chasseurs Spitfire et Hurricane ainsi que 3 080 pilotes. L'Allemagne, de son côté, disposait de 1 000 chasseurs, 1 200 bombardiers (Junker, Dornier et Heinkel), 280 Stukas (bombardiers en piqué), 375 chasseurs-bombardiers, soit 10 000 hommes d'équipage ! Avec la Kriegsmarine, les Allemands mirent au point l'opération Seelöwe (loup de mer). Il fallait cependant reporter le débarquement prévu le 15 août en Angleterre au 17 septembre et mettre hors d'état de nuire la RAF. Hitler n'écouta personne, comme à l'accoutumée, et il donna l'ordre au Commandant de la Luftwaffe, Goering, de détruire les forces aériennes anglaises le 2 août. Ce fut le vrai début de la bataille d'Angleterre.


Auparavant pourtant, quelques opérations avaient déjà débuté depuis le 10 juillet, les flottes de Goering basées en Belgique et dans le Nord de la France, ayant déjà commencé à bombarder les ports du sud du Royaume-Uni et à attaquer les convois maritimes dans la Manche qui assuraient le ravitaillement de l'Angleterre. Les Allemands avaient ainsi forcé la Royal Navy à se retirer de Portsmouth et à dérouter ses convois par l'Ecosse. Cependant, la RAF, qui avaient des pilotes hors pair, avait abattu 350 bombardiers Allemands et n'avait perdu que 200 chasseurs.


bataille angleterre
Pour obéir à Hitler, Goering décida donc de lancer une grande offensive de la Luftwaffe le 13 août, le nom de code de cette opération était « Adlertag » (le jour de l'aigle). Certes, les Allemands pouvaient disposer de plusieurs bases sur les 800 kilomètres de côtes allant de Narvik à Brest, mais les bombardiers Allemands étaient lourds et de plus, ils ne pouvaient transporter que deux tonnes de bombes. En outre, le meilleur chasseur Allemand, le Me-109, avait une autonomie de vol très courte. À l'inverse, les Britanniques possédaient de très rapides chasseurs, notamment les Spitfire, ainsi qu'une artillerie antiaérienne extrêmement efficace. De plus, eux seuls possédaient des stations radars réparties le long des côtes anglaises pour repérer les avions ennemis et pour prévenir et guider les appareils Anglais.



De fait, les Britanniques pouvaient ainsi économiser du kérosène en n'effectuant que les sorties nécessaires. Autre avantage, les appareils étaient près de leurs bases. Ainsi, il arrivait que lorsqu'un avion Britannique était touché, le pilote pouvait encore s'en sortir en s'éjectant et en tombant au-dessus des terres anglaises. À l'inverse, un Allemand s'éjectant en Angleterre ne pouvait évidemment plus être opérationnel. Donc, le 13 août, une très grande offensive fut lancée dans l'après-midi par la Luftwaffe qui effectua 1 000 sorties d'avions de chasse et 485 sorties de bombardiers.


Ce premier jour, la Luftwaffe perdit 45 avions alors que la RAF n'en n'avait perdu que 13. Le lendemain, le mauvais temps obligea les Allemands à réduire leurs sorties. Le 15, les avions allemands stationnés au Danemark et en Norvège rejoignirent les autres flottes de la Luftwaffe. Ce furent donc 1 000 chasseurs et bombardiers supplémentaires côté allemand. Ce même jour, les Britanniques durent repousser cinq attaques successives tandis que les Londoniens se cachaient dans les caves et souffraient sans se plaindre. Là encore, le nombre d'appareils Allemands abattus fut supérieur (75 avions Allemands contre 35 chasseurs Anglais). Les deux jours qui suivirent, les résultats furent les mêmes. Un petit répit pour les Anglais eut lieu les jours suivants du 18 au 23 à cause du mauvais temps. Le 24 août, Goering donna l'ordre d'une nouvelle offensive de grande ampleur.
bataille angleterre


Les cibles cette fois étaient les pistes d'aviation, les hangars, les centres de contrôle aérien, les usines d'aviation et bien sûr les stations radars. Durant deux semaines, les pilotes de la RAF furent mobilisés 24 h/24. L'Angleterre était sans cesse en état d'alerte. Là encore, la Luftwaffe perdit 530 appareils alors que les pertes britanniques étaient moindres, soit 295 appareils détruits et 171 gravement endommagés. À partir du 6 septembre, les Anglais commencèrent à manquer de pilotes mais aussi d'appareils, mais finalement Hitler donna l'ordre de se concentrer sur la ville de Londres. Ce fut ce que l'on appela « le Blitz » et cette opération continua jusqu'en mai 1941. Grâce à ce changement de stratégie, l'Angleterre put reconstituer des escadrilles et lutter à nouveau. Puis Hitler décida de renoncer peu à peu à son opération d'envahissement qui fut reportée à la mi-octobre puis renvoyée au printemps 1941. Ainsi, début novembre 1940, seuls des vols nocturnes furent organisés sur Londres, sur les ports, les villes et les centres industriels d'Angleterre. En 80 jours, la RAF détruisit 1 733 appareils allemands et ne perdit que 915 chasseurs et 520 pilotes. Chaque nuit, des tonnes de bombes explosives ou incendiaires étaient larguées sur l'Angleterre. La bataille d'Angleterre s'acheva officiellement en mai 1941 en ayant fait 27 450 victimes civiles au Royaume-Uni et 1000 décès chez les pilotes anglais. Hitler en effet, avait encore une fois changé ses plans et désirait attaquer le front russe. Durant cette bataille mémorable, les Anglais se montrèrent extrêmement solidaires et courageux. Winston Churchill avait gagné sa bataille et il écrira plus tard : « Jamais dans l'Histoire, un si petit nombre d'hommes n'a tenu entre ses mains le destin d'un si grand nombre ».

Le Jeudi 03 Juillet 2008 à 10:35
Article écrit par Toli. ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  histoire Histoire : toutes les pages de l'histoire


fleche Voir les autres articles commençant par B
 
Articles précédents :
  •  Aéroport de Lisbonne Portela
  •  Aéroport d' Alghero Fertilia Sardaigne Italie
  •  Conception de l’environnement des réseaux sociaux : explicat...
  •  Le contrat accompagnement emploi : c'est quoi ?
  •  les Chti's : c'est quoi un c'est quoi un Ch'timi ?

Articles suivants :
  •  Comment créer ses vêtements ?
  •  Aéroport de Bari Italie - BRI
  •  Les acouphènes dans les oreilles c'est quoi ?
  •  Approche marketing : avantages et limites des réseaux soci...
  •  Stage intensif pour permis de conduire : comment ça foncti...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   histoire Histoire
   histoire Histoire



La bataille d’Angleterre qui vit s’affronter la RAF et la Luftwaffe est la bataille aérienne la plus spectaculaire qui ait eu lieu dans l’Histoire. Malgré leur infériorité numérique, les Anglais vont ...