Bar-le-Duc


Partager




Bar-le-Duc compte parmi les plus belles villes de toute la France. Ce chef-lieu de la Meuse se trouve dans la partie méridionale du département, à environ 250 kilomètres de la capitale française. L'accès à la ville peut se faire par la voie ferroviaire ou par la voie des eaux en empruntant le canal de la Marne. Le paysage des environs de Bar-le-Duc est dominé par des forêts. Du point de vue de son histoire, Bar-le-Duc a été occupée dès l'époque gallo-romaine. Des traces archéologiques attestent cette assertion.



À cette époque éloignée, la ville était connue sous l'appellation de Caturiges. Malgré cette présence humaine, le développement de la ville n'aurait commencé que pendant l'époque médiévale lorsqu'un château a été édifié en son sein. Ce n'est qu'à partir du XIVè siècle que la ville porte le nom de Bar-le-Duc pour rendre hommage au duc de Bar. La ville est d'abord la ville principale du comté de Bar avant de devenir la capitale d'un duché du même nom en 1354. Pour la petite histoire, les comtes et les ducs de Bars étaient des vassaux auprès du monarque Français dès le début du siècle et la rive ouest de la Meuse - dont Bar-le-Duc faisait partie - leur a été affecté. Le quinzième siècle marque un tournant dans la vie de Bar-le-Duc. À la suite d'un traité royal, l'héritier du duché doit convoler en noces avec l'héritière du duc de Lorraine. Deux duchés se rassemblent alors pour former un territoire régi par un seul souverain : le duc de Lorraine et de Bar. L'on notera au passage que les habitants des deux duchés ont tenu à préserver leur identité culturelle. Au milieu du seizième siècle, la ville de Bar-le-Duc a l'honneur de recevoir le souverain de l'époque qui n'est autre que Charles IX.


Celui-ci traverse la ville dans le cadre de son tour de France royal qui avait duré deux ans. Le monarque français était alors accompagné de toute sa suite ainsi que des pairs du royaume dont le duc d'Anjou ou encore Henri de Navarre. Pendant la Révolution de 1789, les habitants de Bar-le-Duc se révoltent eux aussi et des émeutes éclatent dans la ville. Parmi les victimes se trouve Pélicier, un marchand de grain local qui a du capituler face à la foule affamée. Pendant cette période, la ville porte l'appellation de Bar-sur-Ornain.


Au lendemain de la Révolution, le traité d'Aix-la-Chapelle a pour résultat l'installation des coalisés au sein de la ville. Ceux-ci y resteront entre 1815 et 1818. Vers la fin du XIXè siècle, Bar-le-Duc prend le statut de ville frontière. Ceci lui vaut d'être relativement épargnée au cours des affrontements qui ont fait rage au cours de la Grande Guerre. Il faut cependant souligner que Bar-le-Duc a joué un rôle de premier ordre pendant cette guerre dans la mesure où sa gare est le point de départ des trains qui ont permis de ravitailler la ville stratégique de Verdun. Pendant les années 60, différents travaux d'aménagement sont opérés au sein de la ville. C'est pendant cette période que naît la Côte Sainte-Catherine. Aujourd'hui, Bar-le-Duc est une ville moderne qui n'oublie pas pour autant son histoire dont elle est particulièrement fière. De son passionnant passé, Bar-le-Duc garde de nombreux vestiges. Les monuments historiques et culturels de la ville sont très nombreux et méritent tous que l'on s'y attarde. L'Église Saint-Etienne est un monument religieux édifié pour rendre hommage à Saint-pierre. L'édifice est un glorieux hommage à l'art gothique et renferme des oeuvres extraordinaires comme le Calvaire ou le Squelette.
bar le duc


L'Église Saint-Antoine est un édifice religieux fondé par l'un des ducs de Bar. Il s'agissait à l'époque du couvent d'Augustins. Il a pris son appellation actuelle au lendemain de la Révolution. L'Église Notre-Dame est le plus ancien monument religieux de la ville. Entre le XIè et le XVIIIè siècle, elle a été la seule église paroissiale de Bar-le-Duc. Au fil des siècles, la bâtisse à subi différents aménagements. Le Château Ducal est « le » monument incontournable de Bar-le-Duc. En 1670, l'édifice constitué d'appartements, de jardins, d'une nécropole et cerné par des murailles avait été dévasté et a dû être totalement reconstruit. Certaines parties de la construction hébergent aujourd'hui un musée. Le Collège Gilles de Trèves est une bâtisse édifiée vers le début des années 1570. Le créateur de l'édifice à savoir Gilles de Trèves a légué ce dernier à la ville. En 2003, le Collège Gilles de Trèves a cessé d'être dédié à l'enseignement.

Le Vendredi 25 Septembre 2009 à 16:18
Article écrit par Caro ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  villes de france, carte villes france, carte france, carte routiere france, géographie france, régions france, photo villes france, departement france, tourisme france, Villes de France : un aperçu des richesses de la
vitrine française



fleche Voir les autres articles commençant par B
 
Articles précédents :
  •  Fort et Ossuaire de Douaumont
  •  Abbaye de Vaucelles
  •  Parc de Lorraine
  •  Contrat aidé : c'est quoi ?
  •  Randonnée Chamonix : quelques conseils

Articles suivants :
  •  Festival de sculptures sur bois Camille Claudel
  •  Parc naturel régional des Ballons des Vosges
  •  Kart à pédale
  •  Porte pc portable : comment choisir ?
  •  Château de Dampierre




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   carnets de voyage france Carnets de voyage France



Bar-le-Duc compte parmi les plus belles villes de toute la France. Ce chef-lieu de la Meuse se trouve dans la partie méridionale du département, à environ 250 kilomètres de la capitale française. L'ac...