Bai Ling : filmographie et biographie


Partager




Actrice de son état, Bai Ling a figuré dans un grand nombre de réalisations, ce qui lui fait un CV assez impressionnant. Elle s'est notamment illustrée dans la production signée Luc Besson « Taxi 3 ». Bai Ling vit les premières années de sa vie dans des circonstances pour le moins singulières. Faisant les frais de quelques troubles qui s'installent dans leur pays, les parents de la jeune fille confient son éducation à sa grand-mère. C'est alors une Bai Ling sensible et timide qui grandit sous la protection de cette aïeule. Pour fuir les dures réalités de l'existence, la fillette découvre vite que les jeux de rôles constituent une bonne cure. Même lorsqu'elle prend le parti de s'engager, dans les rangs de l'armée tibétaine de libération et ce, à 14 ans, le théâtre ne cesse d'attiser la passion de Bai Ling. Son séjour au sein de l'armée acheva de structurer sa personnalité. Elle gagne un rien d'impertinence qui lui causera quelques soucis, vers la fin de son service. C'est toutefois avec détermination que la jeune fille s'envole pour les USA, au début des années 90, pour s'y former dans l'art dramatique.


Elle reviendra plus tard sur le sol américain, grâce à une dérogation et finit par être naturalisée, à la fin de la même décennie. Entre-temps, sa carrière artistique est pleinement lancée en Chine, où elle apparaît tour à tour sur les planches, dans des séries télévisées ou sur grand écran. Sa prestation dans « Arc Light » contribue à asseoir sa personnalité dans le septième art de son pays. Bai Ling campe, en 1994, un des rôles qui vont l'inscrire définitivement dans le répertoire des actrices recherchées par les producteurs américains.


Alex Proyas lui fait en effet endosser son premier rôle de méchant et sa première prestation en anglais dans « The crow ». Bai Ling se fait, depuis lors, solliciter pour divers projets avec des réalisateurs aussi réputés que George Lucas, Oliver Stone, ou encore Jon Avnet. Elle enchaîne ainsi divers rôles, qui la voient tour à tour en vilaine fille, interprète, ou encore en avocate militante. Elle fit une apparition remarquée dans la version d'« Anna et le roi », datant de 1999. Lorsque Oliver Stone la convie dans « Nixon », en 1995, Bai Ling endosse la peau d'un personnage, qui lui va comme un gant, celui d'une interprète chinoise. De son interprétation de Miss East à son apparition dans « Red Corner », la jeune femme a su gagner la confiance des réalisateurs et le respect des cinéphiles. Loin des plateaux de tournage, Bai Ling n'hésite pas non plus à faire valoir ses atouts physiques sous d'autres objectifs. Le magazine Playboy s'attache notamment les services de la tanagra en juin 2005. La belle s'y est laissée détailler littéralement sous toutes les coutures, ce qui n'a pas nécessairement plu à tout le monde.
bai ling


Du moins, certains avancent que ce sont ces prestations très hot qui ont poussé le réalisateur George Lucas à couper l'apparition de Bai Ling dans le troisième volet du cultissime « Star Wars ». Ce dernier s'en est bien sûr âprement défendu. Ailleurs, Bai Ling fut aperçue, prêtant son talent à diverses productions destinées au petit écran. « Angel » en 2000, « Jack 2,0 » trois ans plus tard et « Lost » plus récemment ont vu la contribution de l'actrice sur certains de leurs épisodes. Comme toutes les stars ayant son cote de popularité, l'Américaine aux yeux bridés n'a pas été épargnée par les colonnes des potins. Si People Magazine l'inclut, en 1998, dans le répertoire mondial des 50 plus belles personnalités, il faut savoir que Miss Ling a déjà fait un détour dans un service de psychiatrie, à la suite d'une dépression qui l'affecte vers la fin de son service militaire. Siégeant parmi les jurys des Berlinale en 2005, elle se fait coller le sobriquet de Berlinaked par le public, en référence à l'évidente inclinaison de l'actrice pour des tenues minimalistes, cachant à peine les zones stratégiques de son anatomie. La chevelure soyeuse et ultra- longue de Bai Ling fait partie de ses atouts de charme, mais pour les besoins de son rôle dans « Anna et le roi », elle a dû la sacrifier et c'est la boule à zéro que la belle présente sur les plateaux de tournage. Celle qui illustre le mois de juillet 2007 du calendrier de Stuff Magazine n'est jamais à cours de caprices pour pimenter son parcours. Elle se fait ainsi prendre la main dans le sac, en s'essayant au vol à l'étalage dans les sous-douanes de l'aéroport de Los Angeles. Arrêtée pour son forfait, l'actrice doit associer la date du 13 février 2008 au rôle qui lui a le moins réussi.

Le Mardi 08 Juin 2010 à 11:32
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Acteurs et actrices, acteurs américains, actrices américaines, actrices françaises, acteurs français Acteurs et actrices : des personnages qui nous
font rire, pleurer et rêver...



fleche Voir les autres articles commençant par B
 
Articles précédents :
  •  Médecine nucléaire : définition
  •  Eau de Paris : distribution d'eau
  •  Maladie du rosier : traitement
  •  Maison Phenix : définition
  •  Les Blouses Roses : association d'aide aux malades

Articles suivants :
  •  Barbecue électrique : que choisir ?
  •  Chocapic : céréales aux pépites de chocolat...
  •  Chenilles qui déciment un saule pleureur : que faire ?...
  •  Le Monde diplomatique : complément du journal Le Monde...
  •  Bordure de jardin : beton ou bois ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   acteurs actrices Acteurs actrices



Actrice de son état, Bai Ling a figuré dans un grand nombre de réalisations, ce qui lui fait un CV assez impressionnant. Elle s'est notamment illustrée dans la production signée Luc Besson « Taxi 3 »....