Antonio Ferrara : biographie de ce gangster français


Partager




Cette page retrace brièvement la triste histoire de l'italien Antonio Ferrara, celui dont la carrière ne se résume que par des mots avilissants comme brigandage, braquage, kidnapping, évasion et finalement prison. Né le 12 octobre 1973 à Cassino, Latium en Italie, il est arrivé en France en 1993 avec ses parents et ses frères et soeur, dans le but de se refaire une nouvelle vie. Antonio dit «Succo» ou encore «Nino» signifiant littéralement petit garçon, avait à peine 10 ans en ce temps-là.



Son père, auparavant employé auprès de Fiat en Italie, a préféré remplacer cet emploi par celui de vendeur ambulant de sandwichs et de pizzas et sa mère était femme de ménage. La famille s'est alors installée en banlieue parisienne, à Choisy-le-Roi (Cité Gabriel) dans le Val-de-Marne. Ayant déjà essayé de jouer aux petits « boss » depuis le collège malgré son caractère souriant et poli, comme l'a raconté le chef de la section d'éducation spécialisée, le jeune homme quitte l'école très tôt, plus précisément à l'âge de 16 ans. Depuis, il enchaîne les petits boulots en entamant une première expérimentation dans la plomberie. Hélas, cela n'a duré qu'un mois. Il devient ensuite nettoyeur de trains pendant à peu près six mois. Finalement, il termine le petit métier soi-disant « formel » en travaillant comme serveur durant deux mois. En effet, il a tout arrêté invoquant qu'il en avait assez de se donner du mal pour ne gagner que le SMIC.


D'autre part, se référant à la version de l'un de ses avocats, Ferrara, surnommé le « roi de la belle » a sombré dans la délinquance dès l'âge de 18 ans par manque de diplôme et de vision pour l'avenir, mais aussi pour un problème de non maîtrise de la langue française depuis son immigration en France. En conséquence, la criminalité a fait surface. Tout a commencé par la découverte pour la première fois de ses ports d'armes illicites.


Notre homme a laissé un voyou avec qui il a eu une altercation pour mort dans une chambre d'hôtel après que ce dernier ait été traité par le roi de la belle de mec balourd, pas fiable. Ensuite se sont succédées les séries de braquages de banques, alternées de détention et de disparition au moment d'une consultation à l'hôpital..., tout cela soutenu par une équipe de bandits dans un fourgon blindé. Son titre de grand bandit a débuté au milieu des années 90. Depuis 1998, il a été sous mandat d'arrestation, pourtant, il s'est éclipsé et l'on n'a pas pu l'arrêter que 4 ans plus tard, c'est-à-dire le 13 juillet 2002. Voilà encore une opération d'évasion très bien organisée qu'il a réalisée durant la nuit du 12 mars 2003 en compagnie d'un complice, un commando enrobé d'armes. Ceci s'est déroulé dans la maison d'arrêt de Fresnes. Les surveillants ont quand même essayé de les rattraper mais se sont fait tirer dessus avec un fusil d'attaque AK47. Les deux bandits ont également usité d'explosifs et de lance-roquette pour faire sauter deux portes blindées et celle de la cellule de Ferrara.
antonio ferrara


D'autre part, cette nuit-là, ses acolytes ont brûlé des voitures dans les banlieues d'à côté afin de détourner l'attention, mais surtout dans le but d'occuper les pompiers et les forces de l'ordre. On dirait que ses complices et lui-même ont mené une étude minutieuse avant de se lancer à l'action. La démarche a duré moins de dix minutes et son compagnon parvint à l'extraire de sa cellule. Ils ont ensuite pris la fuite vers le sud de la France. Mais l'histoire ne finit pas là car juste 4 mois après son évasion, on l'a cerné alors qu'il était entré dans un bar du XIIe arrondissement à Paris en compagnie de deux autres potes de la même taille dans le banditisme. On l'a très vite reconnu malgré sa malicieuse idée de se faire un relooking avec un nez refait et des cheveux colorés. Maintenant, c'est au tour de l'OCRB (Office Central de Répression contre le Banditisme) et de la BRB (Brigade de répression du banditisme) de mener une opération de capture bien préparée. Le travail a été fait de manière très délicate et le voilà de nouveau incarcéré. On espère que ce sera sûrement plus ferme cette fois-ci puisqu'on l'a placé en isolement dans la prison de Fleury-Mérogis. Le juge l'a mis en examen pour différents crimes, notamment une évasion, usages d'armes, d'explosif et de faux papiers, l'adhérence à une association de malfaiteurs etc. Un de ses avocats, Me Achoui a également été soupçonné d'avoir participé à son évasion de la prison de Fresnes. Cependant, ce dernier a été libéré sous une caution de 30.000E payable en deux fois, après avoir été mis en examen le lundi 28 novembre 2005. Quant au sort du fameux roi de la belle, l'ouverture de son procès s'est tenue le lundi 6 février 2006 devant la Cour d'assise du Val-de-Marne. Ainsi, le fait d'avoir participé à un braquage de poste de police à Joinville-le-Pont en juillet 1999, ainsi que trois tentatives d'homicides volontaires sur la personne des policiers, tout cela lui a coûté 15 années de réclusion criminelle. Le 22 décembre 2006, la Cour d'Assise de Paris a condamné à 11 années de réclusion criminelle Nino et son plus grand complice Joseph Menconi, pour avoir contribué activement au braquage d'un fourgon de la Brink's qui a eu lieu à Gentilly, Val-de-Marne en décembre 2000.

Le Samedi 06 Décembre 2008 à 10:15
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  mafia, maffia, criminels, grand bandistisme, maffieux, cartel Noms du grand banditisme et organisations
criminelles



fleche Voir les autres articles commençant par A
 
Articles précédents :
  •  Comment éliminer les rides "pattes d'oie" ?
  •  Winx Club : une nouvelle série très amusante
  •  Sommeil chez l’enfant : Problèmes, Troubles, Cycles
  •  Le minimum retraite en France
  •  Lit à baldaquin : comment choisir ?

Articles suivants :
  •  L'infanticide : meurtre d'enfant, un crime des plus atroce...
  •  Ecrans de projection : comment choisir ?
  •  Dimitri Medvedev : actuel président de la Russie
  •  Diane Von Furstenberg : créatrice de mode
  •  Compatibilité des prénoms pour trouver l'âme soeur : ça ma...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   criminalite Criminalité



Cette page retrace brièvement la triste histoire de l’italien Antonio Ferrara, celui dont la carrière ne se résume que par des mots avilissants comme brigandage, braquage, kidnapping, évasion et final...