Angine de poitrine : symptômes et traitement


Partager




L'angine de poitrine, appelé également angor, se traduit par un malaise au niveau de la cage thoracique. Cette douleur résulte d'une carence en apport d'oxygène dans le sang, notamment au niveau du myocarde. Dans la majorité des cas, ce manque est dû à une rétraction ou à une lésion de la tunique interne des artères coronaires. Cette insuffisance en apport d'oxygène dans le sang est scientifiquement reconnue sous l'appellation d'ischémie du myocarde. Cette maladie se manifeste sous deux aspects cliniques, à savoir l'angor instable et l'angor stable.



Ces deux catégories d'angine de poitrine se distinguent l'une de l'autre par leurs manifestations, leurs durées, leurs mécanismes physiopathologiques et leurs modes évolutifs. Le malaise se produit généralement lors d'un effort physique du sujet, notamment lors d'une activité sportive ou après les repas. Le stress et la forte émotion constituent également des facteurs favorisant la douleur thoracique. En effet, durant ces moments, l'apport en oxygène reçu au niveau des artères coronaires est insuffisant. En manque d'oxygène, le coeur devient plus faible, ne supportant aucun effort effectué par l'organisme. Cette crise dure en générale entre 1 à 15 minutes, selon le cas du sujet. L'angor stable se traduit normalement par une crise d'une durée inférieure à 15 minutes. Cette douleur peut être calmée avec la prise de Trinitrine. Si la douleur apparaît d'une manière fréquente, l'on parle d'angor instable. Ce dernier peut entraîner un infarctus du myocarde, si le sujet n'est pas pris en charge dans les plus brefs délias. Leurs premiers symptômes se manifestent lors d'un effort, avec une sensation de douleur à la cage thoracique gauche.


Le sujet ressent une certaine crispation depuis sa poitrine, se dispersant ensuite vers l'épaule gauche et la mâchoire. D'autres circonstances peuvent provoquer la crise, telles que la digestion, les rapports sexuels, la colère, le froid et le primo-décubitus qui s'explique par un retour précipité du sang vers le coeur. D'autres symptômes peuvent être associés à ces premières manifestations, tels que la sensation de brûlure ou de blocage lors de la respiration, les bouffées de chaleur, les bâillements, le hoquet et les sueurs froides.


angine poitrine
La prise en charge de l'angine de poitrine permet de limiter les récidives, de calmer les douleurs, d'éviter la complication de la maladie et de stabiliser l'athérome des artères coronaires. Avant le traitement proprement dit, le sujet devra effectuer des examens cliniques, notamment un électrocardiogramme ou ECG. Ce dernier s'effectuera au repos et à l'effort physique du sujet. Une coronarographie permettra ensuite de détecter la présence de l'angine de poitrine. Le traitement prévient particulièrement l'infarctus du myocarde. Le médecin spécialiste prescrit dans la majorité des cas des médicaments, qui se déclinent sous forme de comprimés ou de vaporisateur sublingual, à base de nitroglycérine. Cette dernière est prisée pour sa capacité de dilater efficacement les artères, facilitant ainsi le transport d'oxygène au niveau du coeur.


Des médicaments bêta-bloquants sont également conseillés par les médecins pour réduire la consommation d'oxygène. Cette diminution d'apport en oxygène favorisera le ralentissement de la fréquence cardiaque. Les bêta-bloquants inhibent l'effet de l'adrénaline sur le coeur en réduisant le rythme cardiaque, en diminuant le pompage du muscle cardiaque et en abaissant la tension artérielle. L'aspirine est également très opérante pour traiter la douleur thoracique et pour prévenir l'infarctus. A noter toutefois que sa prise nécessite les conseils d'un spécialiste. La dose variera entre 80 à 325 mg en une journée. La consommation excessive d'aspirine peut entraîner une hémorragie très grave au niveau de l'estomac ou du cerveau. Pour un traitement de fond ou en cas d'aggravation de la maladie, le médecin procède à deux méthodes de revascularisation, à savoir le pontage coronarien et l'angioplastie. La première technique, dite pontage coronarien, consiste à créer une greffe d'un morceau d'artère sur le vaisseau obstrué, permettant de restituer à la normale la circulation sanguine. En effet, le vaisseau est bouché par une plaque de cholestérol en quantité importante. La seconde technique appelée angioplastie vise à remodeler l'artère saturée ou rétrécie. Pour élargir cette rétraction, le spécialiste utilisera une sonde à ballonnet, dilatant ainsi l'artère. Lorsque cette dernière est plus relâchée, la quantité de l'oxygène dans le sang devient plus importante. Les artères pourront s'obstruer de nouveau si les facteurs de risque ne sont pas considérés, à savoir le diabète, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le tabac et les désordres métaboliques. Le choix entre ces différents traitements se basera sur la sévérité de la lésion des artères coronaires.

Le Jeudi 17 Juin 2010 à 12:14
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  santé, médecine La Santé


fleche Voir les autres articles commençant par A
 
Articles précédents :
  •  Infection urinaire : symptômes et traitement
  •  Rhume des foins : symptômes et traitement
  •  Vin de paille : un vin exquis
  •  Cheap Monday : marque suédoise
  •  Iles de lerins : situées en mer Méditerranée...

Articles suivants :
  •  Tournesol : culture et plantation
  •  Maison container : solution écologique et économique...
  •  Framboisier : plantation et entretien
  •  Crépir un mur parpaing : méthodes ?
  •  La Maison Coloniale : meubles et équipement




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   sante Santé
   urgences Urgences



L’angine de poitrine, appelé également angor, se traduit par un malaise au niveau de la cage thoracique. Cette douleur résulte d’une carence en apport d'oxygène dans le sang, notamment au niveau du my...