Comment aider un enfant à bien manger


Partager




Beaucoup de parents sont confrontés à des difficultés lorsque vient le moment du repas. D'une manière générale, la réticence se trouve au niveau de la consommation des légumes mais pas uniquement. Pour aider un enfant à bien manger, il est important de s'y prendre le plus tôt possible et de lui apprendre à aimer les repas sains. Aux différentes étapes de la vie, les parents ne doivent surtout pas se décourager - ni décourager l'enfant - et essayer d'adopter à tout moment une attitude positive pour que leurs bouts de chou puissent affectionner les produits alimentaires les plus nutritifs. Il faut par ailleurs garder à l'esprit que les enfants ont tendance à copier les grandes personnes. Il faut donc leur donner le bon exemple dès leur plus jeune âge. La première règle à appliquer concerne les horaires des repas et des goûters lesquels doivent être réguliers. Trois repas doivent être programmés chaque jour à savoir le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner qui devront donc être pris à heures fixes. Chaque repas doit être un moment de plaisir et non de contrainte. Pour éviter que l'enfant n'arrive à table sans sensation de faim, il faut programmer les collations au moins deux heures avant.


Quel que soit le repas concerné, le contenu de l'assiette doit être parfaitement équilibré. Les sensations agréables ne doivent pas uniquement être proposées au niveau du goût mais également au niveau visuel et au niveau des textures. Le mieux est de mélanger les couleurs et les odeurs afin d'offrir un véritable festival des sens à l'enfant. Dans tous les cas, les principaux groupes alimentaires à savoir les glucides, les protéines, les lipides et les fibres doivent être présents à chaque repas.


Il faut que l'enfant comprenne très tôt l'utilité de la présence de ces différents groupes alimentaires. Concernant les produits alimentaires qui ne sont pas forcément bénéfiques comme les boissons gazeuses, ceux-ci ne doivent pas être totalement proscrits. Elles seront néanmoins réservés « exclusivement » pour les grandes occasions. Pour que l'enfant ne perde pas ses repères, aucune exception n'est permise et ce, pour tout le monde. Même si l'enfant affiche une préférence pour certains aliments bien précis, il ne faut surtout pas céder à la tentation de les lui proposer systématiquement. Il ne faut pas que la monotonie s'installe ou que l'enfant finisse par ne plus aimer tel ou tel aliment parce qu'on lui en a trop servi au fil des années. Bref, la variété dans les menus est de mise. L'on peut inviter l'enfant à goûter et à expérimenter des nouvelles saveurs, des nouvelles manières d'accommoder un plat. Quel que soit le plat préparé et les ingrédients utilisés, il ne faut surtout pas forcer l'enfant à en manger. Si l'on doit se montrer exigeant du point de vue de la qualité, il n'est point besoin d'être intransigeant du point de vue de la quantité consommée par l'enfant. Ce dernier doit apprendre à manger à sa faim.
aider enfant bien manger


Concrètement, il est préférable que l'enfant se serve lui-même. Dans le cas où il affirme ne plus avoir faim, il ne faut, une fois de plus, pas le forcer à terminer son plat. Pour que l'enfant puisse prendre plaisir à chaque repas, il est indispensable de le faire participer aux différentes étapes de la préparation. Tout commence par les courses. Il faut lui donner la possibilité de choisir certains ingrédients et de l'orienter dans ses choix. On peut ensuite le convier à la préparation du repas mais également au service. Les plus jeunes seront sollicités pour des tâches simples comme le nettoyage des légumes, pour la pose des ingrédients sur une pizza ou encore pour verser le fromage râpé sur les macaronis. Le petit s'intéressera beaucoup plus au contenu de son assiette et sera ravi de savourer son « oeuvre ». Une fois le repas prêt, il faut songer à se mettre à table. Chaque repas sera - dans la mesure du possible - pris en famille. L'environnement doit être calme et ne comporter aucun élément susceptible de détourner l'attention de bout de chou. Ce dernier doit resté concentré sur son assiette et avoir pour seule préoccupation d'assouvir sa faim. Il faut par contre encourager les discussions familiales : l'enfant associera alors le moment du repas à un moment agréable passé avec des personnes qui lui sont proches.

Le Mardi 24 Novembre 2009 à 10:32
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  vie de famille, conseil conjugal, mariage, celibat, repas de famille, allocations familliale, monoparentalité, infertilité, famille recomposée, garde d'enfat, nutrition, femme enceinte, fonder une famille, vivre en couple, vie de couple, contrat de mariag Vie de famille : célibat, vie maritale, naissance,
hérédité, divorce, education .. toute une histoire
!



fleche Voir les autres articles commençant par A
 
Articles précédents :
  •  Règles du rugby à XV
  •  Secret défense : qu'est-ce que c'est vraiment ?
  •  Carte Visa Air France : quelles différences ?
  •  Couette en plume d'oie : caractéristiques
  •  Identité nationale : c'est quoi ?

Articles suivants :
  •  Vélo VTT : que choisir ?
  •  Circuit chiens de traineaux
  •  Comment avoir une bonne mine
  •  Aspirateur balai : sans fil, rechargeable... que choisir ?
  •  Benfica de Lisbonne : club de foot portugais




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 fifilamie a écrit [13/03/2010 - 19h25] 
fifilamie

Cet article est très bien et résume l'essentiel. Cependant je ne suis pas d'accord sur un point; à mon avis, ce sont aux parents de servir l'enfant, les parents selon moi sont responsables des quantités avalées par l'enfant..Je m'explique, les enfants n'ont pas forcément le sens des quantités et se servent comme quatre lorsqu'un plat leur plait et n'ont plus faim au bout de quelques bouchées. Combien d'enfants et anciens enfants ont entendu "tu as les yeux plus gros que le ventre"?? Peut être qu'à force de se servir seul, l'enfant va mesurer ses quantités par rapport à sa faim, mais d'ici là, beaucoup de nourriture est gaspillée, jetée (c'est froid, personne ne veut finir l'assiette du petit où tout est mélangé en plus..).
Bref, les conseils donnés ci-dessus sont très bons, en revanche sur le point de responsabiliser l'enfant à se servir, je crois que c'est un peu irréalisable sans gâchis, et pas forcément nécessaire, car même si notre mère nous servait encore, on savait dire stop arrivé un certain âge pour le nombre cuillerées.
Courage à tous les parents, l'éducation à la nutrition n'est pas impossible, bien manger reste une priorité qu'il est encore possible de transmettre.





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   alimentation bebe Alimentation bébé



Beaucoup de parents sont confrontés à des difficultés lorsque vient le moment du repas. D'une manière générale, la réticence se trouve au niveau de la consommation des légumes mais pas uniquement. Pou...