Accident d'ascenseur : comment l'éviter ?


Partager




Les accidents d'ascenseurs sont devenus de plus en plus courants à cause de la vétusté des infrastructures actuelles. En effet, les bâtiments publics français datent, pour la plupart, d'une quarantaine d'années. Le parc français est le plus âgé du continent. Arrivés au bout de leurs peines, les ascenseurs, fabriqués dans les années 60 n'en peuvent plus et se bloquent facilement, occasionnant parfois de graves dégâts aux entreprises. Et ce n'est pas tout puisque les chutes d'ascenseurs ne sont pas inexistantes.



Les pertes humaines et les traumatismes gravent font partie du tableau morbide de la vieillesse des ascenseurs publics et privatifs alors qu'il est tout à fait possible de les éviter. Mais tout commence au niveau de la fabrication et de la mise en place de ces engins. Pour remédier aux problèmes, de nouvelles organisations ont été appliquées aux milieux publics, aux hôtels, aux habitations à étage, immeubles de bureaux, bref à tous les bâtiments munis d'un ascenseur, d'élévateur ou d'un monte-charge. Il est même temps de remplacer certains matériels. Ces normes s'appliquent à tous les ascenseurs, en association avec des règles de sécurité strictes. Seuls les ascenseurs qui respectent ces exigences peuvent être commercialisés. Les ascenseurs sont donc contrôlés depuis leur conception, pendant leur construction jusqu'à leur mise en place. Cette installation doit impérativement être réalisée par un personnel qualifié. Une vérification périodique des ascenseurs est également indispensable pour s'assurer de leur bon fonctionnement. Pour éviter les accidents d'ascenseurs, les normes européennes sont appliquées à tous les matériels élévateurs qu'ils soient électriques ou hydrauliques.


En dehors des normes européennes, il y a également les normes expérimentales qui établissent les procédés de construction et d'installation des appareils. Des articles et des décrets mentionnent les exigences concernant la résistance, la stabilité mécanique, les options sécuritaires en cas d'incendie. D'autre part, un ascenseur doit répondre aux normes d'hygiène, d'isolation thermique et sonore, d'économie d'énergie et de sécurité environnementale. Cette dernière notion sous-entend l'utilisation de matériaux non toxiques et difficilement corrosifs.


Les ascenseurs pourvus d'une double porte permettent aux usagers de s'en sortir en cas de fermeture ou de blocage accidentels. Les appareils doivent être soumis à des études de sécurité. Le contrôle d'installation inclut des essais d'endurance au feu et de solidité face aux actes de vandalisme. Un ascensoriste a pour fonction de veiller au bon fonctionnement de l'engin, à la détection des événements susceptibles de causer des préjudices au système afin d'éviter leur survenue. Cet examen est renouvelé tous les cinq ans ou juste après toute intervention entraînant un changement important du matériel. L'entretien d'un ascenseur est obligatoire et devrait également être régulier. L'entreprise conceptrice de l'ascenseur est tenue de rédiger des clauses de sécurité et de responsabilité lors de la signature du contrat d'entretien. Elle pourvoit les personnes qualifiées chargées du contrôle technique. Des arrêtés ministériels précisant les travaux de sécurité à effectuer et les critères de qualification des personnes en charge du contrôle des ascenseurs ont été divulgués et mis à jour. Un site internet ministériel a mis à la connaissance du public un dossier d'informations générales relatif à la sécurité au niveau des ascenseurs.
accident ascenseur


Il peut être consulté pour avoir une idée des règles à suivre. L'utilisation d'un ascenseur par des personnes à mobilité réduite devrait être soumise à des normes spécifiques en ce qui concernent les caractéristiques techniques. Comme la plupart des bâtiments nécessitent des travaux de modernisation, leurs propriétaires peuvent contacter des entreprises qui effectueront des analyses de risque en collaboration avec un conseiller en prévention. Le planning des travaux de modernisation devra être prêt dans les six mois qui suivent l'analyse de risque. Un deuxième contrôle sera effectué avant le début des travaux. Si l'ascenseur fait partie des infrastructures à renouveler, un contrôle technique de robustesse et de capacités techniques devrait être fait. Le constructeur prévoit dans ce cas des instructions d'entretien qu'une entreprise d'entretien préventif sera tenu de suivre conformément. L'entretien préventif est une sorte de contrôle qui s'opère deux fois par an au minimum. Une inspection préventive doit se tenir chaque année et complétée d'une inspection semestrielle ou trimestrielle. Cette dernière catégorie d'inspection vise à objectiver des éventuelles anomalies techniques à des points précis de l'engin. La fréquence de cette inspection varie selon le type d'utilisation, l'usage public ou privé, le taux de fréquentation de l'ascenseur.

Le Lundi 05 Janvier 2009 à 15:50
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par A
 
Articles précédents :
  •  Feu de forêt en France
  •  Un foyer de l'enfance : c'est quoi ?
  •  Equideow : le jeu virtuel d'élevage de chevaux
  •  Quelles études pour travailler dans l'humanitaire ?
  •  Une Tornade : c'est quoi exactement ?

Articles suivants :
  •  Produits cosmétiques naturels : quels sont-ils ?
  •  Les pirates somaliens : qui sont-ils ?
  •  Éducation Nationale en France
  •  Philipp Petzschner : joueur de tennis allemand
  •  Talkie-walkie : comment ça marche ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   ascenseurs et escaliers mecaniques Ascenseurs et escaliers mecaniques



Les accidents d’ascenseurs sont devenus de plus en plus courants à cause de la vétusté des infrastructures actuelles. En effet, les bâtiments publics français datent, pour la plupart, d’une quarantain...